Agri44
Accueil > Actualités

2016, 2017, 2019, 2021… et maintenant 2022

INFAGRI85 // 02 51 36 82 04
Le 08/04/2022 à 15:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
2016, 2017, 2019, 2021… et maintenant 2022

Après l’épisode de gel de ce début de semaine qui a impacté les bourgeons, les arboriculteurs et viticulteurs tentent d’évaluer les dégâts. Les conséquences seront visibles plus tard dans la saison.  

Arboriculteurs et viticulteurs ont fait face à un épisode de gel entre le vendredi 1er et lundi 4 avril. La nuit de dimanche à lundi a enregistré les températures les plus froides pour un mois d'avril depuis 1947, d'après Météo France. 2022 est la cinquième année gélive en sept ans.
En Loire-Atlantique, la température est descendue jusqu’à -4°C voire -7°C selon les secteurs et les parcelles. « C’est certain, il y a eu des dégâts sur les variétés les plus précoces comme la Pink Lady », indique Gaëtan Luzet, arboriculteur et administrateur de la Scafla (coopérative de producteurs de pommes de Loire-Atlantique).  

Du côté de Varades (Loireauxence), Jérôme de Robillard du Verger de la Haie, a fait appel à un prestataire de service pour l’utilisation d’un hélicoptère afin de protéger ses 15 ha. « C’est la première année que j’utilise ce moyen de lutte. Je pense que j’aurai une récolte mais, peu importe le moyen de lutte, ce n’est jamais du 100 %. Au moins, nous avons mis les moyens pour sauver la récolte et les emplois. » Pour Nicolas Monguillon de La Chapelle-Saint-Sauveur (Loireauxence), la situation est plus compliquée. « La préfecture nous a déconseillé de faire des brûlages de foin donc, avec une température de -5°C, on s’attend à de gros dégâts. Pourtant, on avait une solution immédiate pour faire une couverture nuageuse au-dessus de nos vergers et protéger nos cultures ce week-end. Ailleurs, il était possible de brûler... » Cette décision passe mal auprès de certains arboriculteurs qui, dans ce moment difficile, ne se sont pas sentis soutenus. Une pointe d’amertume se fait ressentir chez certains qui ont l’impression de ne pas être « bien entourés » ou de ne pas être compris. 
Précisons que suite à la demande de la chambre d’agriculture, de la FNSEA 44 et de la Fédération des vins de Nantes, le préfet a donné sa « bienveillance » pour le brûlage. « Mais la bienveillance, ça ne fait pas tout », souligne Carmen Suteau, élue chambre. Des demandes d’autorisation ont donc été déposées collectivement auprès de certaines mairies. « Certaines communes ont donné leur autorisation, d’autres non. A l’avenir, il serait plus pertinent que l’autorisation exceptionnelle provienne de la préfecture », indique Carmen Suteau.  

 
Efficacité des moyens de lutte 
« On ne dort pas beaucoup depuis plusieurs nuits », confiait en début de semaine Jean-Louis Bossard, viticulteur à La Chapelle-Heulin, qui, en plus d’une tour anti-gel mobile, a installé cette année des câbles chauffants sur 1 ha. « Avec les deux cuma de La Chapelle-Heulin, nous avons investi dans ce système pour continuer de protéger nos vignes. » De façon générale, ces moyens de lutte ont montré leur efficacité cette année, contrairement à 2021 où les résultats étaient plus mitigés. 
« Nous venons de vivre quatre nuits de lutte, et la dernière était la pire », constate Frédéric Lallier, du domaine Brégeon à Gorges. Pour la première fois, ce viticulteur a mis en place un système d’aspersion sur du melon de Bourgogne. « Il est un peu tôt pour donner des chiffres mais on a dû sauver les 4 ha protégés. » En quatre jours, 5720 m3 d’eau prélevés dans la Sèvre ont été appliqués sur les vignes. « Nous avons obtenu la dérogation de la DDTM mercredi 30 mars donc nous avons fini d’installer le pompage juste à temps pour cet épisode de gel. » En effet, le fait de prélever dans un cours d’eau n’est pas autorisé en Loire-Atlantique, « les services de l'État s’interrogeant sur l’impact. L’idée, c’est d’obtenir, au niveau collectif, l’autorisation de pomper pour cet usage-là et aussi pour l’arboriculture. » D’après les premières analyses, « la majeure partie de l’eau retourne dans le milieu ». Selon les observations, ce moyen de lutte est très efficace, notamment en cas de gelée advective, « à condition que l’on parvienne à avoir de l’eau pendant tout l’épisode gélif », précise Mathieu Jehanno, conseiller viticole à la chambre d’agriculture Pays de la Loire
 
Deux gels différents en quatre nuits
Cet épisode gélif a commencé par « un gel advectif le vendredi et le samedi avec l’arrivée d’une masse d’air froid polaire, mais les températures, bien que négatives, ne sont dans l’ensemble pas descendues assez bas pour provoquer de réels dégâts. En revanche, le dimanche matin et le lundi matin, le vent est tombé, laissant l’air froid s’accumuler au sol. On a donc eu les deux types de gel, advectif et radiatif, lors de ces quatre jours », affirme le conseiller. 
Dès lundi 4 avril, les techniciens de la chambre d’agriculture Pays de la Loire étaient sur le terrain pour établir un premier constat de cette vague de froid. Des bourgeons détruits sont déjà visibles dans les parcelles et sur les cépages les plus précoces. « Nous y verrons plus clair la semaine prochaine. Mais, d’ores et déjà, on constate une grande hétérogénéité car le gel et les dégâts qui en découlent sont multifactoriels : précocité du cépage et du terrain, stade de la vigne, conditions météo avant et après la période de gel, topographie de la parcelle, etc. La question est : les bourgeons vont-ils repartir ? » 
Pour l’heure, arboriculteurs et vignerons retrouvent un peu de sérénité avec la remontée des températures mais restent vigilants jusqu’aux saints de glace.
  
Estelle Bescond
 
 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Websérie Ferme Laitière Bas Carbone
Répondez à l'enquêteEmployeurs de Main d'Oeuvre
Étude-enquête sur la stratégie RH
Les unes de la LAA
LAA du 24/06/22LAA du 17/06/22LAA du 10/06/22LAA du 03/06/22LAA du 26/05/22LAA du 20/05/22LAA du 13/05/22LAA du 06/05/22LAA du 29/04/22
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2022
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08