Agri44
Accueil > Actualités

France - Viande bovine : « un déficit d’organisation

Loire Atlantique Agricole // 02 51 36 82 04
Le 03/09/2020 à 15:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
France - Viande bovine : « un déficit d’organisation

Le président de la Fédération nationale bovine (FNB), Bruno Dufayet établit un point de situation post-Covid et trace quelques perspectives pour la rentrée.

>> Au mois d’avril, la consommation de viande bovine était dynamique dans les grandes surfaces et les boucheries. Pendant le confinement, les ventes de steaks hachés ont grimpé de 24% en frais et de 60% en surgelés. Et pourtant, le prix payé au producteur a baissé. Aujourd’hui, où en est-on? Les prix ont-ils remonté?
Bruno Dufayet: La Fédération nationale bovine avait alerté sur ce dérèglement et nous avions, à l’époque, lancé un appel à la rétention des animaux dans les élevages pour maintenir les prix. Dans le même temps, nous avions rencontré, fin mai, le ministre de l’Agriculture d’alors, Didier Guillaume, avec les représentants des abattoirs et de la grande distribution. Nous avions établi le constat qu’une telle situation ne pouvait pas perdurer, au risque de voir disparaître la filière bovine de notre pays. Fort heureusement, cette prise de conscience a réveillé les esprits et nous constatons aujourd’hui une reprise des cours sur les femelles vaches allaitantes et vaches de réforme en catégorie R. Ces cours sont passés de 3,70 €/kg à 4,09 €/kg.

>> Quel est l’impact de la sécheresse?
B.D.: Cette situation, dont les agriculteurs n’avaient pas besoin, pèse évidemment sur les trésoreries ne serait-ce parce que les animaux ont besoin de davantage de fourrage et d’eau. Bien que le ministre ait actionné le fonds Calamité que chaque département devra gérer, nous savons que le compte n’y sera pas.

>> Craignez-vous une décapitalisation?
B.D.: Nous vivons cette décapitalisation depuis déjà trois ans et il est vrai que la crise sanitaire et la sécheresse peuvent accentuer ce phénomène inquiétant pour la survie de la filière bovine. Le danger existe et nous restons vigilants. La crise du coronavirus a permis aux productions bovines de connaître un sursaut réel et un regain d’intérêt pour l’origine France. La valeur ajoutée, si elle est équitablement répartie tout le long de la filière, peut améliorer le revenu des éleveurs.

>> À ce sujet, où en sont aujourd’hui vos relations avec les abattoirs et les industriels?
B.D.: Globalement, le climat est plus apaisé et un peu plus serein. Nous travaillons continuellement avec les abattoirs pour faire en sorte que les efforts réalisés pendant la crise sanitaire puissent perdurer, autrement dit que la reprise des prix à la production constatés pendant cette période puisse se pérenniser. Nous ne perdons pas de vue qu’il faut intégrer la distribution dans ces enjeux.

>> Selon une étude de la FAO (publiée en juin2020), on assiste à une diminution de la consommation de viande. Or elle avait déjà diminué en 2019. Assiste-t-on à un renversement de tendance?
B.D.: Ces chiffres sont à prendre sur un plan mondial car, en France, nous constatons une stabilité en volume, avec bon an mal an, plus d’1,5 million de viande bovine consommée. Certes, la consommation peut baisser par habitant. Il faut y voir là un effet mécanique dû à l’augmentation de la population en France. À la FNB, notre objectif est de faire en sorte que cette consommation se porte sur une origine France. Comme le dit Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, « nos emplettes sont nos emplois ». Cela vaut pour toute la filière. Tout ce qui né, élevé, abattu, transformé et consommé en France, permet de maintenir une activité dynamique pour nos éleveurs.

>> Est-ce que c’est en partie ce qui explique l’engouement, pendant le confinement, des consommateurs pour les circuits courts?
B.D.: Les circuits courts existaient avant le confinement et représentaient déjà, en 2019, 4 % de la viande bovine commercialisée. Le créneau n’est pas négligeable et les consommateurs ont renforcé ce lien de proximité pendant la crise sanitaire. Le fait que d’autres éleveurs se soient tournés vers ce mode de distribution montre également qu’ils comblent un déficit d’organisation de la filière et qu’ils souhaitent récupérer une part de la valeur ajoutée qui aujourd’hui leur échappe. À la FNB, nous suivons cette évolution de près.

>> La crise du coronavirus a également impacté le marché des broutards dont les exportations ont baissé, particulièrement au mois de mai: -9%. La situation s’est-elle améliorée depuis?
B.D.: Oui la situation s’est améliorée avec une reprise importante de la demande sur des destinations comme l’Italie, l’Espagne et l’Algérie qui restent des partenaires importants. Cependant nous nous retrouvons dans un schéma économique identique à celui des femelles pendant la crise du Covid, c’est-à-dire que malgré la bonne tenue des exportations et une demande de la consommation, les prix viennent à baisser à la production. La FNB s’emploie, en bovins finis comme en bovins maigres, à convaincre les opérateurs que c’est en défendant et en valorisant l’excellence française que l’on trouvera la solution de pérennité du secteur, rémunératrice pour chacun des acteurs de la filière. Dans le même ordre d’idées et plus largement, nous travaillons à un plan post États généraux de l’alimentation sur la manière de valoriser la filière engraissement, avec un volet contractualisation. L’objectif étant de consolider financièrement les élevages français qui restent une filière d’excellence avec un énorme potentiel, mais en grande difficulté dans la situation actuelle.

Christophe Soulard
Actuagri

 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Conjoncture laitière 2020

Les unes de la LAA
LAA du 23/10/20LAA du 16/10/20LAA du 09/10/20LAA du 02/10/20LAA du 25/09/20LAA du 18/09/20LAA du 11/09/20LAA du 04/09/20LAA du 28/08/20
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
QUESTIONNAIRE OFFRES D'EMPLOIS
SAISONNIERS 2021
Lundi
26/10/2020
NANTES
Météo
ABBARETZ
AIGREFEUILLE SUR MAINE
ANCENIS
ANETZ
ARTHON EN RETZ
ASSERAC
AVESSAC
BARBECHAT
BASSE GOULAINE
BASSE INDRE
BATZ SUR MER
BELLIGNE
BESNE
BLAIN
BONNOEUVRE
BOUAYE
BOUEE
BOUGUENAIS
BOURGNEUF EN RETZ
BOUSSAY
BOUVRON
BRAINS
CAMPBON
CARQUEFOU
CASSON
CHATEAUBRIANT
CHAUVE
CHEIX EN RETZ
CHEMERE
CLIS
CLISSON
CONQUEREUIL
CORDEMAIS
CORSEPT
COUERON
COUFFE
CROSSAC
DERVAL
DONGES
DREFFEAC
ERBRAY
FAY DE BRETAGNE
FEGREAC
FERCE
FRESNAY EN RETZ
FROSSAY
GETIGNE
GORGES
GRAND AUVERNE
GUEMENE PENFAO
GUENOUVRY
GUENROUET
GUERANDE
HAUTE GOULAINE
HAUTE INDRE
HERBIGNAC
HERIC
INDRET
ISSE
JANS
JOUE SUR ERDRE
JUIGNE DES MOUTIERS
LA BAULE ESCOUBLAC
LA BERNERIE EN RETZ
LA CHABOSSIERE
LA CHAPELLE BASSE MER
LA CHAPELLE DES MARAIS
LA CHAPELLE GLAIN
LA CHAPELLE HEULIN
LA CHAPELLE LAUNAY
LA CHAPELLE SAINT SAUVEUR
LA CHAPELLE SUR ERDRE
LA CHEVALLERAIS
LA CHEVROLIERE
LA GRIGONNAIS
LA HAIE FOUASSIERE
LA LIMOUZINIERE
LA MADELEINE
LA MARNE
LA MEILLERAYE DE BRETAGNE
LA MONTAGNE
LA PAQUELAIS
LA PLAINE SUR MER
LA PLANCHE
LA REGRIPPIERE
LA REMAUDIERE
LA ROCHE BLANCHE
LA ROUXIERE
LA TURBALLE
LAVAU SUR LOIRE
LE CELLIER
LE CLION SUR MER
LE COUDRAY
LE CROISIC
LE GAVRE
LE LANDREAU
LE LOROUX BOTTEREAU
LE PALLET
LE PELLERIN
LE PIN
LE POULIGUEN
LE TEMPLE DE BRETAGNE
LEGE
LES COUETS
LES SORINIERES
LES TOUCHES
LIGNE
LOUISFERT
LUSANGER
MACHECOUL
MAISDON SUR SEVRE
MALVILLE
MARSAC SUR DON
MASSERAC
MAUMUSSON
MAUVES SUR LOIRE
MESANGER
MESQUER
MINDIN
MISSILLAC
MOISDON LA RIVIERE
MONNIERES
MONTBERT
MONTOIR DE BRETAGNE
MONTRELAIS
MOUAIS
MOUZEIL
MOUZILLON
NANTES
NORT SUR ERDRE
NOTRE DAME DE GRACE
NOTRE DAME DES LANDES
NOTRE DAME DES LANGUEURS
NOYAL SUR BRUTZ
NOZAY
ORVAULT
OUDON
PAIMBOEUF
PANNECE
PAULX
PETIT AUVERNE
PETIT MARS
PIERRIC
PIRIAC SUR MER
PLESSE
PONT ROUSSEAU
PONT SAINT MARTIN
PONTCHATEAU
PORNIC
PORNICHET
PORT SAINT PERE
POUILLE LES COTEAUX
PREFAILLES
PRINQUIAU
PUCEUL
QUILLY
QUIMIAC
REMOUILLE
REZE
RIAILLE
ROUANS
ROUGE
RUFFIGNE
SAFFRE
SAILLE
SAINT AIGNAN DE GRANDLIEU
SAINT ANDRE DES EAUX
SAINT AUBIN DES CHATEAUX
SAINT BREVIN L OCEAN
SAINT BREVIN LES PINS
SAINT ETIENNE DE MER
SAINT ETIENNE DE MONTLUC
SAINT FIACRE SUR MAINE
SAINT GEREON
SAINT GILDAS DES BOIS
SAINT GUILLAUME
SAINT HERBLAIN
SAINT HERBLON
SAINT HILAIRE DE CHALEONS
SAINT HILAIRE DE CLISSON
SAINT JEAN DE BOISEAU
SAINT JEAN DE CORCOUE
SAINT JOACHIM
SAINT JULIEN DE CONCELLES
SAINT JULIEN DE VOUVANTES
SAINT LEGER LES VIGNES
SAINT LUMINE DE CLISSON
SAINT LUMINE DE COUTAIS
SAINT LYPHARD
SAINT MALO DE GUERSAC
SAINT MARS DE COUTAIS
SAINT MARS DU DESERT
SAINT MARS LA JAILLE
SAINT MEME LE TENU
SAINT MICHEL CHEF CHEF
SAINT MOLF
SAINT NAZAIRE
SAINT NICOLAS DE REDON
SAINT PERE EN RETZ
SAINT PHILBERT DE GRAND
SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE
SAINT VIAUD
SAINT VINCENT DES LANDES
SAINTE LUCE SUR LOIRE
SAINTE PAZANNE
SAINTE REINE DE BRETAGNE
SAUTRON
SAVENAY
SEVERAC
SION LES MINES
SOUDAN
SOULVACHE
THARON PLAGE
THOUARE SUR LOIRE
TOUVOIS
TRANS SUR ERDRE
TREFFIEUX
TREILLIERES
TRIGNAC
VALLET
VARADES
VAY
VERTOU
VIEILLEVIGNE
VIGNEUX DE BRETAGNE
VILLEPOT
VUE
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08

Lorsque vous naviguez sur notre site internet, des informations sont susceptibles d'être enregistrées, ou lues, dans votre terminal, sous réserve de vos choix

Paramétrer