Agri44
Accueil > Actualités

Loire-Atlantique - La FRSEA, JA et le Cravi Pays de la Loire demandent un dispositif d’aide à hauteur du préjudice subi

Loire Atlantique Agricole // 02 51 36 82 04
Le 04/03/2022 à 14:30 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Loire-Atlantique - La FRSEA, JA et le Cravi Pays de la Loire demandent un dispositif d’aide à hauteur du préjudice subi

Suite à la découverte de treize cas positifs dans des élevages de Vieillevigne, Legé et Touvois, une zone de protection et une zone de surveillance ont été mises en place.

Depuis samedi 26 février, la confirmation de plusieurs foyers d’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) dans le département de la Loire-Atlantique et les départements voisins (Vendée, Maine-et-Loire et Mayenne) fait peser une forte tension sur le terrain.
Jeudi 3 mars, ce sont au total treize foyers qui ont été enregistrés par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) suite à des analyses virologiques. « La confirmation de cas dans des zones où l’élevage avicole est très présent va avoir des impacts importants au niveau des exploitations (allongements des vides sanitaires, stocks sur pieds, etc.) mais également tout au long de la filière », s’inquiète Christophe Labour, responsable avicole à la FNSEA 44.

Par conséquent, pour éviter tout risque de circulation virale au travers des mouvements d’animaux, la DDPP a mis en place une zone de protection et une zone de surveillance.
Au jeudi 3 mars (NB : avant publication de l’arrêté préfectoral), la zone de protection d’un rayon minimal de trois kilomètres comprend toutes les exploitations des communes suivantes : Legé, Touvois, Corcoué-sur-Logne, Vieillevigne. La zone de surveillance d’un rayon minimal de dix kilomètres inclut les communes de Paulx, Saint-étienne-de-Mer-Morte, La Marne, La Limouzinière, Saint-Colomban, Montbert, La Planche, Remouillé, Saint-Hilaire-de-Clisson, Saint-Lumine-de-Clisson, Aigrefeuille-sur-Maine, Geneston, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (au sud de la RD 117).

Ces zones autour de ces exploitations assurent la continuité avec d’autres zones issues de foyers en cours en Vendée et dans le Maine-et-Loire. 
Dans ces zones, les lieux de détention de volailles et d’oiseaux captifs sont recensés et visités et une surveillance renforcée de l’avifaune sauvage est mise en place. Par ailleurs, les mesures de biosécurité sont renforcées dans les établissements commerciaux. Les mouvements de volailles et autres oiseaux captifs sont interdits, sauf dérogation de la DDPP.
D’une manière générale, pour limiter la diffusion du virus, qui peut avoir d’importantes conséquences économiques sur la filière volaille, la DDPP rappelle à l’ensemble des détenteurs (particuliers et professionnels) de respecter les mesures de biosécurité, et notamment la mise à l’abri, sur l’ensemble du département. 
Dans ce contexte, toute mortalité d’oiseaux dont la cause n’est pas évidente doit être signalée aux services de la DDPP à l’adresse suivante :
ddpp@loire-atlantique.gouv.fr 

Courrier au ministre de l’Agriculture
Face à ce contexte, la FRSEA, les JA et le Cravi Pays de la Loire ont adressé un courrier au ministre de l’Agriculture pour demander la mise en place urgente d’un dispositif d’aide à hauteur du préjudice subi.
Pour la profession, « il est nécessaire de pouvoir apporter de la réassurance aux éleveurs quant à l’indemnisation des pertes subies, du fait de la mise en place de restrictions sanitaires. Le dispositif d’indemnisation ouvert en 2021 par FranceAgriMer à destination des éleveurs de volailles situés au sein des zones réglementées doit être renouvelé de façon urgente et prendre en compte l’ensemble des pertes subies (allongement du vide sanitaire, stock sur pieds, frais d’analyses, etc.) », insistent Mickaël Trichet, président de la FRSEA, Alexis Roptin, président de JA Pays de la Loire et Jean-François Raymond, président du Cravi.
« On constate aujourd’hui beaucoup trop d’inertie dans le versement de ces aides. Certains éleveurs impactés n’ont à ce jour toujours pas reçu le solde de l’aide 2021, alors même que certains d’entre eux se retrouvent de nouveau impactés cette année ! Afin d’assurer la pérennité des élevages et de l’ensemble de la filière avicole des Pays de la Loire, il est primordial que les premiers éleveurs impactés puissent toucher une avance le plus rapidement possible, et ce, sans attendre la fin de la zone réglementée. »

Delphine Barel

 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Websérie Ferme Laitière Bas Carbone
Répondez à l'enquêteEmployeurs de Main d'Oeuvre
Étude-enquête sur la stratégie RH
Les unes de la LAA
LAA du 24/06/22LAA du 17/06/22LAA du 10/06/22LAA du 03/06/22LAA du 26/05/22LAA du 20/05/22LAA du 13/05/22LAA du 06/05/22LAA du 29/04/22
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2022
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08