Agri44
Accueil > Actualités

Influenza aviaire - Influenza aviaire : courrier au ministre

Le 25/09/2023 à 19:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Influenza aviaire - Influenza aviaire : courrier au ministre
@MINISTERE DE L'AGRICULTURE

La FDSEA, les JA et la chambre d’agriculture demandent au ministre des indemnisations suffisantes pour les éleveurs comparables à la précédente épizootie ainsi qu’une répartition au plus juste des coûts de vaccination.

Un courrier a été envoyé au ministre de l’agriculture suite à sa visite récente en Vendée afin de réaffirmer les demandes de la FDSEA, les JA et de la chambre d’agriculture en matière d’indemnisation et de vaccination. 

L’indemnisation I2 à 50 % est insuffisant

Le ministre a annoncé une indemnisation I2 à hauteur de 50% pour l’épizootie 2022-2023 au lieu de 100% lors de l’épizootie précédente. « Or, même si les bâtiments d’élevage sont vides, les éleveurs subissent des pertes d’amortissement de leur bâtiment et leur matériel. Ils doivent aussi les entretenir même sans fonctionner. Il subsiste également des charges fixes : des échéances de prêt bancaire, des cotisations de la MSA qui sont à payer même si les bâtiments ne produisent pas. 50% d’indemnités n’est donc clairement pas suffisant », indique le courrier. La FDSEA et les JA demandent donc une revalorisation de ce taux de 50% et une année blanche c’est-à-dire une prise en charge de l’état des intérêts d’emprunts, des cotisations de la MSA et un report d’une année des remboursements d’emprunts pour les périodes concernées par les indemnités I2. 

Le dispositif I3 tarde à ouvrir

De plus, les éleveurs situés dans les 45 communes dites de la Vendée militaire attendent avec impatience le dispositif I3. En effet, ils ont participé à la maîtrise de l’épizootie en arrêtant totalement les mises en place de canards et ce pendant plusieurs mois. « La filière avicole dans notre département détient une place économique importante que nous voulons conserver. Si les soutiens aux éleveurs ne sont pas suffisants, ils arrêteront l’élevage et tout un pan de l’économie s’effondrera. », précise le courrier.

Le reste à charge de la vaccination doit être réparti au sein de la filière

En terme de vaccination, l’état prendra en charge 85% du coût total, « les 15% restant ne doivent pas être à la charge des éleveurs mais répartit au sein de la filière comme l’exige la loi EGAlim. Nous voulons un accord écrit pour cette sollicitation. Enfin, les éleveurs doivent être accompagnés par l'État pour avoir suffisamment de main d’œuvre pour réaliser l’acte de vacciner. », concluent les représentants de la profession.

A savoir

En cas de détection d’un foyer IAHP, des mesures de gestion seront appliquées pour les autres élevages situés dans la zone réglementée

Le dépeuplement préventif ne concernera pas les élevages de canards vaccinés avec un schéma vaccinal complet car la vaccination a pour effet de réduire la population sensible au virus IAHP circulant. 

La vaccination préventive se poursuivra pour les lots situés en zone réglementée qui n’ont pas terminé le schéma vaccinal initial. Lors de la réalisation de la vaccination de ces lots, un examen clinique par le vétérinaire officiel sera réalisé avant l’acte vaccinal. Si des signes évocateurs de la maladie étaient observés, la vaccination serait suspendue, le signalement notifié aux autorités compétentes et des mesures de restriction et de biosécurité mises en place. 

Pour les volailles récemment mises en place, destinées à être vaccinées mais n’ayant pas encore débuté leur schéma vaccinal lors de la survenue d’un foyer, aucune injection ne sera réalisée. Les mesures à appliquer à ces animaux seront celles déployées pour les animaux non vaccinés. 

En ce qui concerne la surveillance post-vaccination, les établissements détenant des volailles vaccinées seront soumis à une surveillance renforcée. Cette surveillance comportera la réalisation de prélèvement pour analyse virologique (rt-PCR) effectués sur 60 volailles vaccinées par écouvillon trachéal ou oropharyngé toutes les deux semaines.

(source ministère de l’Agriculture)

 Dispositif d’aide économique de l’épizootie 2022-2023

L'ouverture du dispositif des avances sur la prise en charge des pertes économiques des éleveurs liées à l’épisode d’influenza aviaire 2022-2023, initialement fixée jusqu’au 15 septembre 2023 à 14h, est prolongée jusqu'au 29 septembre 2023 à 14h.

Pour rappel, cette avance sur indemnisation est destinée aux éleveurs de volailles localisés au sein des zones réglementées imposant des interdictions de mises en place et de mouvements, et ayant subi un vide prolongé du fait ou à la suite des restrictions mises en place à compter du 16 septembre 2022.

Le dispositif est disponible sur le site de France Agrimer : https://www.franceagrimer.fr/Accompagner/Dispositifs-par-filiere/Aides-de-crise/INFLUENZA-AVIAIRE

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS
Formulaire mise en relation foin 2024
Consultez la carte mise en relation foin 2024

Vidéo de la semaine

Conjoncture Laitière Cniel - Mai 2024
Les unes de la LAA
LAA du 21/06/24LAA du 14/06/24LAA du 07/06/24LAA du 31/05/24LAA du 24/05/24LAA du 17/05/24LAA du 08/05/24LAA du 03/05/24LAA du 26/04/24
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2024
https://alerteagri44.fr/

En direct de la Chambre

    DÉCOUVREZ
    NOS PARTENAIRES
    >
    |
    Cliquez ici pour quitter

    CONNEXION

    Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

    Mot de passe oublié...

    Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

    Un mail vous a été envoyé.
    Vous y trouverez votre mot de passe.
    Facebook twitter Dailymotion
    Agri44

    Agri44
    Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
    44939 Nantes
    Téléphone : 02 40 16 38 08