Agri44
Accueil > Actualités

Loire-Atlantique - « C’est en partageant qu’on avance »

Loire Atlantique Agricole // 02 51 36 82 04
Le 14/01/2022 à 10:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Loire-Atlantique - « C’est en partageant qu’on avance »

Nicolas Favry fait partie des quatre céréaliers engagés dans la production de farine pour la marque Juste® qui sera commercialisée ce début d’année. 

La passion de Nicolas Favry pour le végétal a débuté adolescent. Dès l’âge de 15 ans, il cultive son premier champ : du sarrasin. Ses parents n’étant pas agriculteurs, son attrait pour l’agriculture lui vient de son grand-père paternel. « Il était éleveur et possédait une quinzaine d’hectares », raconte le céréalier, habitant à Nort-sur-Erdre. En 2006, il s’installe sur les terres de son grand-père maternel et récupère du foncier ayant appartenu à ses grands-parents paternels. Petit à petit, l’exploitation s’agrandit : Nicolas Favry cultive aujourd’hui 180 hectares. Le souci ? « Mon parcellaire est assez morcelé et éloigné de mon exploitation. J’essaie d’échanger des parcelles pour le regrouper et le rapprocher. » Pari presque réussi puisque la moitié des terrains se situe aujourd’hui dans un rayon d’un kilomètre. Le céréalier produit principalement blé, orge, colza, maïs et tournesol. Mais aussi des haricots verts depuis l’année dernière. « J’ai récupéré 5 ha de parcelles irrigables. J’en ai profité pour cultiver des haricots verts que je vends à D’aucy. » Avec un rendement de 18 t/ha, cette culture à valeur ajoutée se révèle un bon choix économique. D’ailleurs, diversifier sa production est un leitmotiv du céréalier : « Ça permet de s’adapter aux cours des marchés, de pallier un rendement insuffisant dans une culture une année… C’est important dans une exploitation comme la mienne ». Le céréalier possède aussi un espace de stockage d’une capacité de 700 tonnes et un séchoir principalement utilisé pour le maïs et le tournesol afin « de les vendre plus tard dans la saison ».

Essayer et s’adapter
Du fait de son parcellaire morcelé, Nicolas Favry exploite aussi bien des parcelles drainées que séchantes ou humides. Difficile donc d’appliquer une méthode unique pour ses itinéraires techniques. « Je travaille en TCS*, je fais des essais de semis directs mais je me réserve le droit de labourer de façon exceptionnelle si c’est nécessaire. » Selon les années et les rotations, la préparation de la culture est plus ou moins aisée. « Un blé après un tournesol demande beaucoup moins de travail qu’après un maïs par exemple. » Pour les légumes, se passer du labour est impensable pour le moment. « L’essentiel c’est d’essayer et de s’adapter aux aléas climatiques. » 

Échanger pour avancer
Nicolas Favry a beau « aimé son indépendance », il n’est pas pour autant « individualiste ». « C’est en partageant qu’on avance. La technologie évolue, les attentes environnementales aussi, il faut continuellement être à l’affût pour maîtriser entièrement sa production. » La participation au groupe Grandes cultures est donc un bon moyen pour le céréalier d’améliorer la maîtrise de sa production et de sa commercialisation. « J’ai pu suivre une formation sur la maîtrise de l’usage des marchés à terme. » 
Pour optimiser entre productivité et respect de l’environnement, le céréalier se fait conseiller par des entreprises spécialisées. Il fait appel à Ter Qualitech pour l’usage des produits phytosanitaires et à Agro conseil pour la fertilisation. Ainsi, Nicolas Favry adapte au mieux les doses de produit « pour éviter le surdosage ». Il possède ainsi un pulvérisateur avec coupure de tronçon et partage en Cuma un semoir monograine avec coupure électrique. « Ce semoir limite le recoupement de graines qui gène la levée des épis. »
L’exploitant est aussi président de l’association Agri-Eau-Nort qui rassemble les exploitations agricoles mettant en valeur des parcelles agricoles ou ayant leur siège social dans le périmètre de captage de Nort-sur-Erdre. « Ensemble, nous cherchons des solutions agroécologiques pour limiter au maximum notre impact sur l’eau. Par exemple, nous évitons de retourner le sol et maintenons un couvert végétal tout au long de l’année pour minimiser la perte d’azote du sol. »

Du blé au juste prix

Pour la première fois, en 2022, une partie des 400 à 500 tonnes de blé produites annuellement sur les 50-60 ha de l’exploitation sera transformée en farine au moulin de Roudun situé à Poligné (35). Ce sera la première farine labellisée Juste de Loire-Atlantique qui sera vendue aux U ainsi qu’aux magasins spécialisés. « Avec Juste, on passe un nouvel échelon : celui de la consommation. » Trente tonnes de blé, en provenance de chez Guy Papion, Fabrice Voiton, Mickaël Huneau et Nicolas Favry, seront livrées fin de semaine ou début de semaine prochaine au moulin. « Notre ambition est de proposer un produit local, rémunérateur et traçable. » La tonne de blé sera vendue environ 300 € pour une farine commercialisée 1,60 € le kilo en magasin. Sur les 300 €, 250 € servent à couvrir les coûts de production, les 50 € restants constituant une marge, fluctuante selon les cours, pour la rémunération des ambassadeurs. « On a hâte de voir ce que notre farine va donner ! »

Marie Hilary
 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo à la Une

Les unes de la LAA
LAA du 21/01/22LAA du 14/01/22LAA du 07/01/22LAA du 24/12/21LAA du 17/12/21LAA du 10/12/21LAA du 04/12/21LAA du 26/11/21LAA du 19/11/21
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2022
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08