Agri44
Accueil > Actualités

Loire-Atlantique - Une centaine de participants à la journée viticulture

Stéphanie Michel - webmaster
Le 03/11/2022 à 16:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Loire-Atlantique - Une centaine de participants à la journée viticulture

Conditions climatiques, maladies, pressions sociétales et innovations techniques… le monde de la viticulture doit trouver les bonnes formules pour s’adapter.

Après les années Covid qui ont perturbé l’organisation de la « Journée technique du sol à la vigne, redécouvrir le matériel innovant », la chambre d’agriculture Pays de la Loire a pu proposer une formule plus classique pour sa journée technique viticulture. Bonne surprise, « une centaine de participants ont répondu présent, se félicite Pauline Glaud, de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. L’objectif était de mettre en avant l’innovation dans le monde viticole, principalement celle concernant le travail du sol, le matériel végétal et les problématiques environnementales ». Sur le domaine Delaunay Vignerons, château de la Frémoire à Vertou, ils ont pu découvrir du matériel en action dans les parcelles grâce à la présence des entreprises Jarny, V3Tec, PLP Meca, Cloue, SCIM, Ramet et Coudrais.
Un atelier était consacré à la flavescence dorée qui fait des ravages dans plusieurs vignobles de France. Pour le moment, la maladie n’est pas présente dans le territoire de Loire-Atlantique mais elle se rapproche. La journée technique viticulture était l’occasion idéale pour sensibiliser les vignerons à cette problématique et surtout donner des éléments pour l’identifier. Dans le cas des cépages blancs, elle se caractérise par un jaunissement des feuilles, un défaut d’aoûtement des rameaux qui restent verts et un dessèchement partiel ou total des grappes. À la suite d’un signalement d’un cep suspect, puis de son analyse dans un laboratoire agréé, si la flavescence dorée est détectée, le cep concerné doit être obligatoirement arraché. Dans le cas ou plus de 20 % des ceps d’une parcelle seraient atteints, c’est l’arrachage complet de cette dernière qui est requis. « La lutte insecticide est le dernier levier. La cicadelle à flavescence dorée ne produit qu’une génération par an et la maladie ne se transmet pas d’une génération à l’autre, d’où l’importance de la prospection. Le principal risque pour notre vignoble est d’introduire un pied malade. Il est nécessaire d’implanter un matériel végétal sain. Mieux vaut se former, rester attentif et ne pas avoir peur de le dire », préconise Sonia Debuissy, conseillère à la chambre d’agriculture Pays de la Loire.
Les porte-greffes ont aussi été évoqués. Des conseils ont été délivrés pour obtenir la meilleure efficacité possible, surtout dans un contexte de sécheresse. Avant toute chose, «  la partie principale à vérifier est le point de greffage, a insisté Nicolas Michineau, conseiller à la chambre d’agriculture Pays de la Loire. Il faut vérifier la qualité du matériel végétal livré et avoir une soudure de qualité. C’est un des facteurs de dépérissement ». Autre conseil, « il faut éviter trop de richesse du sol en surface car les racines n’iront pas en profondeur ». Plusieurs porte-greffes ont fait l’objet de comparaison face à la sécheresse (voir tableau).

Moins de molécules « viti » dans les rivières
Pauline Ardois a fait le bilan du contrat de territoire du vignoble de Nantes débuté en 2017 qui est arrivé à échéance. « L’objectif était de retrouver une bonne qualité de l’eau dans le vignoble. Pour cela nous avons signé un contrat territorial avec l’Agence de l’eau qui a contribué à financer le projet, et nous avons impliqué la distribution, les vignerons, les conseillers techniques et les syndicats de bassin versants », détaille-t-elle. Une quarantaine d’exploitants ont choisi les thématiques sur lesquelles ils souhaitaient travailler (pulvérisation de précision, travail du sol, biocontrôle, engrais verts, plantation de haies, etc.). Chacun a trouvé des solutions qui ont permis de diminuer les IFT (Indice de fréquence de traitement) jusqu’à 50 %. « On n’avait pas d’objectifs chiffrés, surtout quand on sait que la réactivité de la qualité de l’eau est très longue. Mais on a constaté que la concentration des produits phytosanitaires avait baissé dans les rivières et on retrouve moins la plupart des molécules utilisées en viticulture », apprécie la technicienne.

Delphine Cordaz
 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

MSA : La ceinture sauve des vies
Les unes de la LAA
LAA du 09/12/22LAA du 02/12/22LAA du 25/11/22LAA du 18/11/22LAA du 11/11/22LAA du 04/11/22LAA du 28/10/22LAA du 21/10/22LAA du 14/10/22
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2022
QUESTIONNAIRE : Livret emplois 2023
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08