Agri44
Accueil > Actualités

[COVID-19] Loire-Atlantique - La filière équine dans l’incertitude

Estelle Bescond, Journaliste LAA // 06.45.70.36.68
Le 19/05/2020 à 08:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
[COVID-19] Loire-Atlantique - La filière équine dans l’incertitude
©Domaine équestre de Land Rohan

Les professionnels sont dans le doute. Ils s’interrogent surtout sur l’après-crise sanitaire et sur l’ampleur de la crise économique à venir.

« La sortie de crise pose question. On est dans l’expectative comme on a pu l’être pendant la crise en fonction des différentes informations qui nous parvenaient. Ce qui est sûr, c’est que les modèles économiques de certaines structures ne vont pas leur permettre de se relever », alerte Pascal Vivien, de l’élevage du Royet à la Chapelle-Heulin, membre du bureau de la Fédération nationale du cheval (FNC) en charge des questions sanitaires et bien-être et de l’Association des chevaux de sport (ACS 44). En effet, les centres équestres étaient fermés, les cours et les compétitions à l’arrêt, l’accueil du public interdit… 

« L’activité centre équestre est l’une des plus impactées par la crise, note Stéphanie Duguay du domaine équestre de Land Rohan à Vigneux-de-Bretagne. Nous avons la chance d’avoir 70 ha alors toute la cavalerie est dehors. Il n’y a donc pas de surplus de travail du fait que les chevaux ne soient pas montés. Par contre, il n’y a évidemment aucune rentrée d’argent… C’est donc une perte économique évidente sur cette activité. »

Les gens peuvent payer à la carte ou au forfait. Pour ces derniers qui ont donc payé l’année complète, Stéphanie Duguay réfléchit à des alternatives comme offrir une à deux journées de stage. « Comme on a beaucoup d’activités, je pense qu’on a été un peu plus protégé que d’autres structures et que plus de solutions se présentent à nous. » 

Accueil du public

Avec les nouvelles directives dues au déconfinement, le domaine de Land Rohan s’organise pour accueillir de nouveau du public et se projette sur cet été. « On sait que la limite de regroupement de dix personnes ne s’appliquent pas à la structure entière mais simplement à un groupe. La question est de pouvoir appliquer les mesures de sécurité donc, jusqu’au 2 juin, nous ne reprendrons pas les plus jeunes cavaliers qui ne sont pas encore autonomes pour la préparation du cheval et pour monter en selle. On a aussi imaginé un accueil de parents en télétravail dans une salle adaptée et la prise en charge des enfants entre poney et devoirs. Cela devrait être possible dans les prochaines semaines. Pour cet été, nous avons pensé à nous inscrire dans la démarche œvacances apprenantes” en proposant des stages mixtes poney et aide scolaire en partenariat avec d’autres associations. Il faut essayer de se réinventer et d’y penser de façon collective pour tenter de rattraper cette période particulière pour les enfants. » 

Mais Stéphanie Duguay, tout comme Pascal Vivien, s’inquiètent des mois à venir : le pouvoir d’achat des cavaliers va-t-il leur permettre de continuer cette activité ? « On craint que la pratique de certains s’arrête car c’est une passion chère. Ils vont peut-être vouloir se positionner sur des choses plus essentielles. Si c’est le cas, la fréquentation dans les centres équestres risque de baisser et des personnes qui n’ont pas vu leur cheval en pension pendant deux mois vont peut-être chercher d’autres solutions aussi », s’interroge Pascal Vivien. La pension est pourtant une activité importante pour les structures équestres puisqu’au domaine de Land Rohan, c’est celle qui a permis de garder de la trésorerie.

Des coûts supplémentaires

Cette incertitude sur le pouvoir d’achat des Français impacte également deux autres activités : l’élevage et la compétition. Quid du commerce à venir ? « Comme dans tous les secteurs, nous n’avons aucune visibilité. La population d’acheteurs est plutôt aisée mais est directement touchée par la crise. Ce sont des cadres, des entrepreneurs, des professions libérales, etc. » Comment vont-ils se comporter ? Vont-ils vouloir acheter des chevaux ? 

Dans ce contexte, Stéphanie Duguay n’a pas encore mis ses juments à la saillie et pense diminuer le nombre de ses poulinières : d’une dizaine habituellement, à six ou sept cette année. « L’élevage est une activité à risque économiquement. Je développe d’autres choses en parallèle donc j’avais déjà pris le parti de diminuer cette activité. Avant, on pouvait vendre les embryons ou des poulains à six mois. Comme j’ai une lignée de qualité, j’arrive encore à vendre des embryons mais, maintenant, on vend de plus en plus tard, à 3 ans, voire 4 ou 5 ans quand ils ont tourné en compétition. Avec la crise, il y a des incertitudes en plus : quelle clientèle va acheter ? quels chevaux vont se vendre ? » 

Selon Pascal Vivien, beaucoup d’éleveurs ont décidé de reporter les saillies et la profession s’attend à une baisse des naissances dans les années à venir. « Quand on élève, c’est pour vendre, sauf qu’avec la crise, ce n’est pas possible. Les concours d’élevage n’ont pas commencé, ils vont se faire à huis clos alors on peut se demander si c’est rentable d’y aller. Il va peut-être falloir garder les chevaux, les faire travailler et les nourrir alors qu’avec la sécheresse du début du printemps, on va manquer de foin. Au-delà de la crise sanitaire, il va y avoir des coûts supplémentaires sur une filière professionnelle qui n’en pas besoin puisqu’elle a déjà été pénalisée au moment de l’augmentation de la TVA de 5,5 % à 20 %. »

Formation

Centre de formation pour moniteurs, le domaine de Land Rohan a maintenu les cours théoriques en visioconférence. Début mai est tombée l’autorisation pour rouvrir donc les apprenants reviennent en petits groupes pour monter à cheval. « Le retard est relativement faible pour eux. On va peut-être les garder plus longtemps pour qu’ils aient bien le nombre d’heures prévu. Par contre, on s’interroge sur la prochaine rentrée : quand vont pouvoir se faire les tests ? les structures voudront-elles accueillir un apprenti ? »

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Un semis de couverts par drone

Les unes de la LAA
LAA du 10/07/20LAA du 03/07/20LAA du 26/06/20LAA du 19/06/20LAA du 12/06/20LAA du 05/06/20LAA du 29/05/20LAA du 21/05/20LAA du 15/05/20
22°
Vendredi
10/07/2020
NANTES
Météo
ABBARETZ
AIGREFEUILLE SUR MAINE
ANCENIS
ANETZ
ARTHON EN RETZ
ASSERAC
AVESSAC
BARBECHAT
BASSE GOULAINE
BASSE INDRE
BATZ SUR MER
BELLIGNE
BESNE
BLAIN
BONNOEUVRE
BOUAYE
BOUEE
BOUGUENAIS
BOURGNEUF EN RETZ
BOUSSAY
BOUVRON
BRAINS
CAMPBON
CARQUEFOU
CASSON
CHATEAUBRIANT
CHAUVE
CHEIX EN RETZ
CHEMERE
CLIS
CLISSON
CONQUEREUIL
CORDEMAIS
CORSEPT
COUERON
COUFFE
CROSSAC
DERVAL
DONGES
DREFFEAC
ERBRAY
FAY DE BRETAGNE
FEGREAC
FERCE
FRESNAY EN RETZ
FROSSAY
GETIGNE
GORGES
GRAND AUVERNE
GUEMENE PENFAO
GUENOUVRY
GUENROUET
GUERANDE
HAUTE GOULAINE
HAUTE INDRE
HERBIGNAC
HERIC
INDRET
ISSE
JANS
JOUE SUR ERDRE
JUIGNE DES MOUTIERS
LA BAULE ESCOUBLAC
LA BERNERIE EN RETZ
LA CHABOSSIERE
LA CHAPELLE BASSE MER
LA CHAPELLE DES MARAIS
LA CHAPELLE GLAIN
LA CHAPELLE HEULIN
LA CHAPELLE LAUNAY
LA CHAPELLE SAINT SAUVEUR
LA CHAPELLE SUR ERDRE
LA CHEVALLERAIS
LA CHEVROLIERE
LA GRIGONNAIS
LA HAIE FOUASSIERE
LA LIMOUZINIERE
LA MADELEINE
LA MARNE
LA MEILLERAYE DE BRETAGNE
LA MONTAGNE
LA PAQUELAIS
LA PLAINE SUR MER
LA PLANCHE
LA REGRIPPIERE
LA REMAUDIERE
LA ROCHE BLANCHE
LA ROUXIERE
LA TURBALLE
LAVAU SUR LOIRE
LE CELLIER
LE CLION SUR MER
LE COUDRAY
LE CROISIC
LE GAVRE
LE LANDREAU
LE LOROUX BOTTEREAU
LE PALLET
LE PELLERIN
LE PIN
LE POULIGUEN
LE TEMPLE DE BRETAGNE
LEGE
LES COUETS
LES SORINIERES
LES TOUCHES
LIGNE
LOUISFERT
LUSANGER
MACHECOUL
MAISDON SUR SEVRE
MALVILLE
MARSAC SUR DON
MASSERAC
MAUMUSSON
MAUVES SUR LOIRE
MESANGER
MESQUER
MINDIN
MISSILLAC
MOISDON LA RIVIERE
MONNIERES
MONTBERT
MONTOIR DE BRETAGNE
MONTRELAIS
MOUAIS
MOUZEIL
MOUZILLON
NANTES
NORT SUR ERDRE
NOTRE DAME DE GRACE
NOTRE DAME DES LANDES
NOTRE DAME DES LANGUEURS
NOYAL SUR BRUTZ
NOZAY
ORVAULT
OUDON
PAIMBOEUF
PANNECE
PAULX
PETIT AUVERNE
PETIT MARS
PIERRIC
PIRIAC SUR MER
PLESSE
PONT ROUSSEAU
PONT SAINT MARTIN
PONTCHATEAU
PORNIC
PORNICHET
PORT SAINT PERE
POUILLE LES COTEAUX
PREFAILLES
PRINQUIAU
PUCEUL
QUILLY
QUIMIAC
REMOUILLE
REZE
RIAILLE
ROUANS
ROUGE
RUFFIGNE
SAFFRE
SAILLE
SAINT AIGNAN DE GRANDLIEU
SAINT ANDRE DES EAUX
SAINT AUBIN DES CHATEAUX
SAINT BREVIN L OCEAN
SAINT BREVIN LES PINS
SAINT ETIENNE DE MER
SAINT ETIENNE DE MONTLUC
SAINT FIACRE SUR MAINE
SAINT GEREON
SAINT GILDAS DES BOIS
SAINT GUILLAUME
SAINT HERBLAIN
SAINT HERBLON
SAINT HILAIRE DE CHALEONS
SAINT HILAIRE DE CLISSON
SAINT JEAN DE BOISEAU
SAINT JEAN DE CORCOUE
SAINT JOACHIM
SAINT JULIEN DE CONCELLES
SAINT JULIEN DE VOUVANTES
SAINT LEGER LES VIGNES
SAINT LUMINE DE CLISSON
SAINT LUMINE DE COUTAIS
SAINT LYPHARD
SAINT MALO DE GUERSAC
SAINT MARS DE COUTAIS
SAINT MARS DU DESERT
SAINT MARS LA JAILLE
SAINT MEME LE TENU
SAINT MICHEL CHEF CHEF
SAINT MOLF
SAINT NAZAIRE
SAINT NICOLAS DE REDON
SAINT PERE EN RETZ
SAINT PHILBERT DE GRAND
SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE
SAINT VIAUD
SAINT VINCENT DES LANDES
SAINTE LUCE SUR LOIRE
SAINTE PAZANNE
SAINTE REINE DE BRETAGNE
SAUTRON
SAVENAY
SEVERAC
SION LES MINES
SOUDAN
SOULVACHE
THARON PLAGE
THOUARE SUR LOIRE
TOUVOIS
TRANS SUR ERDRE
TREFFIEUX
TREILLIERES
TRIGNAC
VALLET
VARADES
VAY
VERTOU
VIEILLEVIGNE
VIGNEUX DE BRETAGNE
VILLEPOT
VUE
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08