Agri44
Accueil > Actualités

L’énergie verte mobile bientôt au champ

Le 10/05/2023 à 14:09 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
L’énergie verte mobile bientôt au champ
@L'agriculteur normand

Les panneaux solaires photovoltaïques sur les toits des hangars agricoles se multiplient malgré quelques facteurs limitants (le stockage de l’énergie produite et sa logistique de redistribution notamment). Et si l’on concevait une station mobile de production et de distribution d’énergie solaire pour faire le plein au cœur de la ruralité ?

Transportez-vous en plein cœur d’un chantier de battage sur le plateau du Neubourg (Eure) en 2030 ! Une moissonneuse-batteuse électrique tout comme le tracteur-benne, voire le transbordeur. Impensable, c’est énergivore tous ces chevaux. Même si les bornes de recharge ont essaimé ces dernières années, la ruralité constitue encore le parent pauvre de la distribution en énergie verte. Au-delà, le temps de recharge des batteries reste rédhibitoire eu égard au débit de chantier qu’impose toute activité de récolte malgré le réchauffement climatique.

Une station ambulante

« Si tu ne vas pas à Rome, Rome vient à toi. » En langage d’aujourd’hui, on pourrait traduire par « si tu ne vas pas à la source d’énergie, la source d’énergie vient à toi ». C’est un peu le point
de départ d’un projet porté par une poignée de têtes pensantes parmi lesquelles on retrouve des chefs d’entreprises, des multidiplômés (ingénieur, docteur en électronique, DEA de science physique...) mais aussi Pierre Bouhours (Germain-Fréville dans l’Eure), un Géo Trouvetout qui a déjà fait parler de lui dans la presse professionnelle agricole.

Espérons que dans quelques années, à l’instar de Jules César, ils pourront impérialement dé-
clamer : « veni, vidi, vici » (NDRL : je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu). En attendant, ils phosphorent sur la planche à dessin et à dessein. Sans entrer dans le détail technique ni violer le secret-recherche (deux brevets ont déjà été déposés), le projet BESS (Battery Energy Storage System) Solar Farming repose sur la technologie du supercondensateur et non la simple batterie au lithium. « Dans un supercondensateur, c’est un champ électrique qui amène les ions à se déplacer vers ou depuis la surface des électrodes sans réaction redox (NDRL : réaction chimique au cours de laquelle se produit un transfert d’électrons). Les ions se stockent et se déstockent sans aucune réaction chimique rendant l’opération quasi immédiate. Un supercondensateur peut ainsi être chargé et déchargé infiniment plus rapidement qu’une batterie. Par comparaison, un véhicule électrique équipé d’un supercondensateur se charge intégralement en quelques secondes sans dommage pour la batterie », peut-on lire dans les références bibliographiques.

« Dans ces conditions, l’énergie solaire devient facilement utilisable grâce notamment à une recharge instantanée d’une à deux minutes, ça va aussi vite que de vider une benne de blé et ça change tout », insiste Pierre Bouhours faisant allusion à un chantier de battage. Il imagine déjà la future station mobile de production et de distribution se déplaçant de parcelle en parcelle. Mobile, elle est donc orientable en temps réel vers les rayons du soleil. La nuit, cette station consti tue aussi une réserve d’énergie transvidable jouant un rôle tampon entre les heures productives et non productives. Dans ses pensées, notre Géo Trouvetout va même plus loin évoquant un projet « social et solidaire avec une station qui pourrait être construite au village et fournir l’énergie nécessaire à la bonne tenue d’un match de foot ou de la fête communale. Les participants qui ont fait un long trajet avec leur voiture électrique pourraient recharger le temps des festivités. On peut imaginer également de multiples autres applications comme dans les TP (Travaux publics), le transport routier avec des stations en zones rurales ou bien encore le nautisme. Il n’y a pas de barrière technologique ».

Le financement, nerf de la réussite

En attendant, l’heure est à la « startupisation » du projet et à la quête de fonds. Cela passe par une communication persuasive. L’État, les collectivités territoriales et locales, les banques, les PME, la coopération..., on est prêt à faire feu de tout bois. « On peut concevoir une ferme autonome à l’énergie solaire, ce n’est pas un problème, mais il faut beaucoup de moyens pour financer la recherche et le développement. Notre projet est au cœur de plusieurs problématiques. Il peut permettre à la filière photovoltaïque de s’envoler. »

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Conjoncture Laitière, février 2023
Les unes de la LAA
LAA du 26/05/23LAA du 18/05/23LAA du 12/05/23LAA du 05/05/23LAA du 28/04/23LAA du 21/04/23LAA du 14/04/23LAA du 07/04/23LAA du 31/03/23
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2023
QUESTIONNAIRE : Livret emplois 2023
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08