Agri44
Accueil > Actualités

Loire-Atlantique - Les nouveaux installés se rencontrent

Estelle Bescond, Journaliste LAA // 06.45.70.36.68
Le 30/11/2022 à 08:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Loire-Atlantique - Les nouveaux installés se rencontrent

Ils se sont installés depuis deux ans… La chambre d’agriculture a organisé plusieurs réunions afin de créer du lien entre eux.

Lutter contre le sentiment d’isolement… sans aller jusqu’à cet extrême, la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique a organisé des rencontres entre les nouveaux installés. Il a été retenu le principe du regroupement géographique. Chaque antenne a (ou va) réunir ses nouveaux installés lors d’une demi-journée. Mardi matin, c’était au tour de l’antenne Centre Atlantique, à Nantes, de lancer l’invitation. Huit ont fait le déplacement, malgré des contraintes de travail fortes, représentant des productions de vaches allaitantes, laitières, maraîchage, élevage équin, céréales… 

Qu’ont à se dire des agriculteurs aussi éloignés dans le type de production ? Plein de choses ! D’abord, tous ont apprécié de pouvoir échanger entre eux, se comparer, apprendre différentes façons de travailler. « L’objectif de ces rencontres est de combler un manque et de leur dire qu’on est là après leur installation. On souhaite aussi générer une dynamique entre eux et dans un territoire, et qu’ils sachent les enjeux propres à leur territoire. Le mélange des productions est important pour eux car il est toujours intéressant de voir d’autres sujets, de s’ouvrir aux autres, à la multitude des sensibilités et de battre en brèche des idées préconçues des uns et des autres. Cela peut avoir un sens de réunir un maraîcher et un éleveur de bovins qui pourront très bien travailler ensemble sur de la vente directe », a expliqué Sophie Locqueville, conseillère Installation à la chambre d’agriculture. Les référents de service de la chambre leur ont été présentés, et les conversations ont pu s’enclencher avec eux à la fin de la réunion.

Besoin de terres et de main-d’œuvre

Pour favoriser la parole, des petits exercices étaient orchestrés par la conseillère. Parmi ceux-ci, un moment d’échange par groupes avec des questions précises. La première leur demandait ce qui avait changé dans leur vie avant et après leur installation. Les deux groupes se sont retrouvés sur un changement d’organisation entre leur temps de travail et leur vie personnelle, pas toujours aisés à accorder. Ensuite, ils ont souligné leur prise de responsabilité qui a augmenté. Tous n’ont pas la même approche, certains pensent au travail le week-end (ce qui d’ailleurs ne les perturbe pas forcément !) et d’autres parviennent à passer rapidement à autre chose dès les portes de l’exploitation franchies. Il est ressorti aussi une notion de charges financières augmentées entre le personnel et le professionnel. 

À la seconde question : en quoi le parcours à l’installation vous a aidés et ce qu’il a manqué ? Tous ont apprécié les rencontres et les échanges qu’ils ont pu avoir grâce au stage de préparation à l'installation (devenu Crea) qui leur a apporté une vision plus globale du territoire, et qui leur a permis de se sentir moins seul dans leur projet. Un nouvel installé a regretté que le stage de parrainage soit un peu trop court. Certains, notamment installés hors cadre familial, auraient voulu avoir des référents Agriculteurs ou dans les structures administratives afin de pouvoir avancer dans leur projet. 

Mais, même s’ils sont nouvellement installés, ils sont confrontés aux mêmes écueils que les plus expérimentés. Le manque de main-d’œuvre est vite arrivé dans la conversation, et plus particulièrement de salariés formés et motivés. D’autres se retrouvent déjà en butte à un manque de foncier… au point de remettre en cause leur projet initial. Tous ont été confrontés à une adaptation obligatoire avec ce qu’ils avaient imaginé sur le papier. Jordan concède qu’il n’avait pas prévu d’investir dans un bâtiment de stockage de fourrage ni d’acheter d’autres bovins pour améliorer sa génétique. Benjamin a pris en charge l’atelier céréales de l’exploitation où il est devenu associé. « Avant, on faisait appel à une prestation de services, on a donc relancé l’investissement de matériel pour limiter les charges et rentabiliser les cultures ». Guillaume, qui s’est lancé dans l’élevage équin, a vu son activité démarrer en flèche au point qu’il recherche des terres pour éviter de sous-traiter certaines tâches. Régis, avait beaucoup de travaux prévus. Mais la hausse des prix des matériaux de construction l’a obligé à ralentir, au point de décaler sa production maraîchère d’une année complète. Pratiquement tous ont goûté à l’art de s’adapter… d’entrée de jeu !

Ces sessions de rencontres post-installation feront l’objet d’un bilan pour améliorer la formule. Un coup d’avance aussi car la prochaine Dotation jeune agriculteur 2024 pourrait bien intégrer ce type d’organisation. 

 

Delphine Cordaz

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Conjoncture Laitière
Les unes de la LAA
LAA du 27/01/23LAA du 20/01/23LAA du 13/01/23LAA du 06/01/23LAA du 23/12/22LAA du 16/12/22LAA du 09/12/22LAA du 02/12/22LAA du 25/11/22
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2023
QUESTIONNAIRE : Livret emplois 2023
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08