Agri44
Accueil > Actualités

Pays de la Loire - Influenza aviaire : un courrier au ministre

Stéphanie Michel - webmaster
Le 07/11/2022 à 08:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Pays de la Loire - Influenza aviaire : un courrier au ministre

Un courrier de la FRSEA Pays de la Loire a été envoyé au ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, pour faire valoir les demandes de la profession agricole. En voici un extrait.

Depuis le début du mois d’août, les cas d’influenza aviaire dans la faune sauvage sont nombreux et des cas dans des élevages ont été détectés dans l’Ouest de la France (de la Somme aux Pays de la Loire). Dans plusieurs départements de l’Ouest, les préfets ont pris un arrêté mettant en place une ZCT (Zone de contrôle temporaire), renforçant la biosécurité dans les élevages : limitation des interventions de personnes extérieures dans les élevages à ce qui est nécessaire au bon fonctionnement des élevages ; autotests (écouvillons) à réaliser par les éleveurs sur canards et volailles plein air (lors de mouvements ou si accès extérieur) à la charge financière de la filière, voire des éleveurs.

L’Anses et l'État évoquent une situation particulièrement préoccupante, avec un virus qui mute et qui s’adapte aux espèces (touchant notamment des oiseaux sauvages autochtones, et plus uniquement migrateurs), avec l’arrivée de l’automne et de conditions météorologiques moins favorables et avec le début des migrations d’oiseaux sauvages. Étant donné cette situation, l'État demande que la filière, notamment en Bretagne, propose des mesures de prévention supplémentaires qui seraient à la charge de la filière en termes de mise en place et en termes financiers.

C’est dans ce contexte de risque de déstabilisation importante de la filière que la FRSEA Pays de la Loire a souhaité porter auprès du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, sa position sur le sujet.

La FRSEA demande que toute mesure de prévention, comme les éventuelles dé-densifications ou mises en place de zones tampons, donne lieu à une indemnisation des pertes économiques engendrées. De même, une prise en charge financière du coût engendré par les auto-contrôles pour les éleveurs est indispensable afin d’assurer leur bonne réalisation et que cela ne pèse pas sur leur marge.

Les mesures de prévention adoptées par la filière et les éleveurs ne doivent pas être menacées par des failles venant de l’extérieur. Dès lors, en complément, il est demandé que, sur l’ensemble du territoire, les basses-cours ne soient pas autorisées à laisser leurs animaux dehors. Si les animaux des basses-cours doivent, selon les arrêtés ZCT, être mis à l’abri, cette mesure est très mal appliquée. La profession agricole demande que l'État impose la claustration des animaux et s’assure que les mairies effectuent les contrôles nécessaires pour que la claustration soit réelle. En Bretagne, la moitié des récents cas d’influenza aviaire concerne des basses-cours.

Étant donné le contexte explosif, la FRSEA souhaite que, dans la mesure du possible, la claustration totale des animaux soit mise en œuvre.

La profession demande également à ce que les ventes de poules de réforme ainsi que les ventes de poules dans les jardineries aux particuliers soient interdites. Les ventes de volailles vivantes doivent être uniquement réservées aux professionnels.

La prise en charge par l'État de mesures de prévention est une action stratégique à plusieurs points de vue, elle doit éviter une explosion des foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) qui entraînerait des coûts bien plus élevés que les mesures de prévention pour l'État. Elle doit permettre de préserver la filière avicole indispensable à la souveraineté alimentaire. Enfin, elle doit permettre de préserver l’économie et les emplois liés à la filière avicole et donc éviter la gestion d’une catastrophe sociale par l'État. Ce dernier et les collectivités doivent donc réinvestir dans l’accompagnement de l’élevage en matière de prévention.

Face à une crise comme l’influenza aviaire, qui n’est pas du fait de la filière avicole (maladie transmise par l’avifaune sauvage), l'État ne peut laisser la filière seule. La responsabilité est une responsabilité collective que l'État doit assumer.


FRSEA
 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri44.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

MSA : La ceinture sauve des vies
Les unes de la LAA
LAA du 09/12/22LAA du 02/12/22LAA du 25/11/22LAA du 18/11/22LAA du 11/11/22LAA du 04/11/22LAA du 28/10/22LAA du 21/10/22LAA du 14/10/22
FORMULAIRE DE DÉGÂTS
DE GIBIERS
SONDAGE : êtes-vous intéressé par une collecte de pneus usagés ?
LIVRET EMPLOIS
SAISONNIERS 2022
QUESTIONNAIRE : Livret emplois 2023
https://alerteagri44.fr/
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Dailymotion
Agri44

Agri44
Rue Pierre Adolphe Bobierre, La Géraudière
44939 Nantes
Téléphone : 02 40 16 38 08